BLANCHEUR OBSCURE

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours qu’on n’a pas vu le jaune du soleil
Même la nuitte, on ne peut pas zieuter la lune
Trop faible pour percer les rideaux de neige

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours qu’il fait gris malgré le blanc
Même la nuitte, il ne fait jamais assez noir
Trop de blancheur pour l’obscurité

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours que la charrue ne passe pas
Même la nuitte, aucune machine ne s’aventure dans le chemin
Trop de bancs de neige à éviter

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours que je n’ai pas pu sortir
Même la nuitte, le vent ne s’essouffle pas
Trop pressé à en finir avec l’hiver

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours que je ne t’ai pas vue
Même la nuitte, mes songes ne t’atteignent pas
Trop de frimas dans mes yeux fatigués

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours que je n’ai pas dormi
Même la nuitte, la maison craque
Trop de bruit pour rêver

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours que j’espère
Même la nuitte
Trop d’ennui

Y pourde encore…
Ça fait quatre jours…
Même…
Trop…


© Philippe Daoust

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s