Succès d’affaires familial de génération en génération

L’équipe de Fondations Béliveau se spécialise dans les coffrages commerciaux et industriels de grande surface. Fondée il y a près de 50 ans, cette entreprise familiale bien de chez nous respecte une philosophie qui repose sur l’efficacité de l’équipe, la rapidité d’exécution et la qualité du travail accompli. Nous avons rencontré le fondateur de l’entreprise, Jean-Jacques Béliveau, son fils Gerry, sa fille Claudia et son petit-fils Axel afin qu’ils nous racontent la belle histoire de ce succès d’affaires qui traverse les générations.

Il faut retourner au début des années 1970, à Sainte-Clothilde-de-Horton, dans la région du Centre-du-Québec, pour assister à la naissance de Fondations Béliveau. À la suite d’une transaction avortée par le vendeur pour l’achat d’une terre agricole, en 1971, Jean-Jacques Béliveau a dû trouver un autre moyen pour nourrir sa famille. Il a donc opté pour l’entrepreneuriat assez rapidement.

« Dans ce temps-là, on n’avait pas beaucoup d’ouvrage, se souvient-il. Dans la paroisse voisine, une entreprise avait commencé à aller chercher des formes aux États-Unis (Duraform). C’était des nouvelles formes qu’on n’avait jamais vues. » Après quelques semaines de formation avec son cousin qui travaillait dans ce domaine, Fondations Béliveau a vu le jour.

Désormais répandue, l’utilisation de panneaux de type Duraform pour construire des fondations était une technique beaucoup plus rare à l’époque. Ces panneaux de bois qui s’assemblent les uns dans les autres (un peu comme des blocs LEGO) ont révolutionné la manière de construire les coffrages offrant une grande rapidité d’installation pour le montage et le désassemblage. Grâce à la maîtrise de cette technique, M. Béliveau et son équipe ont vite construit leur réputation de travailleurs efficaces dans le secteur résidentiel. « Nous avons réalisé nos premiers contrats à Asbestos avec nos propres formes, raconte-t-il. Il y a même une journée où nous étions onze contracteurs de formes en même temps dans la ville. Le plan de béton ne fournissait même plus… »

Par la suite, la même année, M. Béliveau et son entreprise ont pris la direction du Lac-Saint-Jean où un important glissement de terrain emportait des dizaines de maisons à Saint-Jean-Vianney. « Il se déplaçait six maisons par jour, précise-t-il. Ça prenait des solages et ça pressait! Là-bas, ils n’avaient pas de coffrages comme nous alors nous pouvions être plus rapides. » L’entreprise a par la suite poursuivi des travaux sur la Côte-Nord où il pouvait y avoir des fondations à construire au rythme d’une nouvelle rue complète par semaine.

Poursuivez votre lecture du texte en consultant l’édition virtuelle du magazine Industrie & Commerce (édition Février/Mars 2019 – pages 37 à 41).

fb1_page-0001

fb2_page-0001

fb3_page-0001

fb4_page-0001

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s